Xenophon, Memorabilia, 3.10.1-3.10.5

Annotation Authors and Editors
Created by Valérie Toillon

Il lui arrivait parfois de converser avec les artistes qui vivent de profession et il leur était utile comme aux autres. Entrant un jour dans l'atelier du peintre Parrhasios et s'entretenant avec lui : "Dis-moi, Parrhasios, dit-il, la peinture n'est-elle pas une représentation des objets visibles ? Ainsi les enfoncements et les saillies, le sombre et le lumineux, le dur et le mou, l'irrégulier et le doux, la jeunesse et la vieillesse, vous les imitez à l'aide des couleurs ? -Tu dis vrai. -Et si vous voulez représenter des formes parfaitement belles, comme il n'est pas facile de trouver un homme qui n'ait aucune imperfection, vous rassemblez plusieurs modèles, vous prenez à chacun ce qu'il a de plus beau, et vous composez ainsi un ensemble d'une beauté parfaite ? -C'est ainsi que nous faisons. - Mais quoi ! Ce qu'il y a de plus attrayant, de plus séduisant, de plus aimable, de plus désirable, de plus adorable, le caractère de l'âme, vous ne l'imitez point ? Ou bien est-ce inimitable ? - Mais le moyen, Socrate, de l'imiter ? Elle n'a ni proportion, ni couleur, ni aucune des qualités dont tu viens de parler; en un mot, elle n'est pas visible. -Eh! Ne vois-ton pas chez l'homme les regards exprimer tantôt l'affection, tantôt la haine? -Je le crois -Ne faut-il donc pas rendre ces expression des yeux ? - Il le faut. - Quand des amis sont heureux ou malheureux, la physionomie est la même chez ceux qui s'y intéressent ou chez les indifférents ? - Non pardieu! Dans le bonheur c'est la joie, dans le malheur, la tristesse qui est peinte sur les visages. - On peut donc aussi représenter ces sentiments. -Oui, certes -Il en est de même de la magnanimité comme de la franchise, de l'humilité comme de la bassesse, de la tempérance comme de la raison, de l'insolence comme de la grossièreté; c'est par la physionomie et par l'attitude des hommes, immobiles ou en mouvement, que ces sentiments s'extériorisent. - Tu dis vrai. -Il faut donc les imiter. -D'accord -Et qui crois-tu donc qui agrée le plus à voir, ou les hommes qui manifestent des sentiments beaux, honnêtes, aimables, ou ceux qui n'en font voir que de honteux, pervers et haïssable ? - Pardieu! Il y a bien de la différence ô Socrate ! ( Traduction A. Reinach, légèrement modifiée).

Annotation Authors and Editors
Created by Valérie Toillon

Commentary

  1. This dialogue is the first of three talks between Socrates and three “ artists who followed their art as a business" (τῶν τὰς τέχνας ἐχόντων). For this specific interview, it doesn't matter if Socrates had really met Parrhasios or not : the dialogue aims to serve the philosophical and esthetic position of Xenophon. Concerning the philosophical implications of this dialogue, see L.-A. Dorion, 2011, pp. 364-369). About Parrhasios and his works see especially Pliny, XXXV, 67-72 (292, 290, 286, 285, 284, 283, 282, 279, 278, 277, 273, 267, 266, 259, 91); also : Athenaeus, XII, 543c-544a (263); Seneca the Elder, Controv. X.5 (272).
  2. The dialogue focuses on the ability of the painter to represent the "characters of the soul" (τὸ τῆς ψυχῆς ἦθος) : the "èthè" in the sense of "all kind of emotions" and not the "nobility of the soul" (see Pollitt, 1974, pp. 196-199). As L.-A. Dorion says, Socrates and Parrhasios are perfectly aware about the techniques used in arts for picturing the emotions (pp. 367-368). But, Xenophon wants to show how his master, Socrates, was useful also for people who possess a techknè (Dorion 2011, p. 365). So Socrates, leads Parrhasios to understand that painters, using drawing and colors, can picturing the invisible : the ethè of the soul (Rouveret,1989, pp. 14-15). These specific skills are : 1) The use of colours to depict textures as smooth and harsh (τὰ σκληρὰ καὶ τὰ μαλακὰ); or luminous qualities (light, shadow : τὰ σκοτεινὰ καὶ τὰ φωτεινὰ) etc... 2) The use of different models to render one figure (ἐκ πολλῶν συνάγοντες : « that you combine the most beautiful details of several ») as "Helen at bath" by Zeuxis (texts 214, 215, 216). The ancient painters aims to imitate the living Nature. But, it is not only a question of imitation, it’s also about perfection: the painter has the responsibility to produce beautiful works that can surpass Nature itself. For example : Zeuxis and the Child with grapes (texts 236, 237). 3) The expression of the eyes and physiognomies. 4) The bodily postures (τῶν σχημάτων). Especially the form adopt by a body during an action or a specific movement. Both are depict by using out-line drawing and colours. We know from Pliny that Parrhasios was well-known for his talent on drawing (288; 289; 290, 292 ; 293). It seems that Xenophon was the first to use the word σχῆμα connect with arts.
Annotation Authors and Editors
Created by Valérie Toillon

Bibliography

The bibliography concerning this text is huge. We give only the most recent and important works on this specific passage of Xenophon's Memorabilia.

Brancacci A. 1995, "Ethos et Pathos nella teoria delle arti : una poetica socratica della pittura e della scultura", Elenchos, 16 (1), pp. 105-127;

Bruno, V. J. 1977, Form an colour in Greek painting, New-York;

Cazevitz, M. 2004, "Étude lexicologique : schéma au schématisme", SKÉMA/FIGURA, formes et figures chez les Anciens, rhétorique, philosophie, littérature, Études de littérature ancienne, 13, Paris, pp. 15-29;

Coarelli, F. 1980, Artisti e artigiani in Grecia. Guida storica e critica, Bari;

Halliwell, S. 2002, The aesthetics of mimesis : ancient texts and modern problems, Princeton;

Koch, N. J. 1999-2000, « ΣΧΗΜΑ : zur Interferenz technischer Begriffe in Rhetorik und Kunstschriftstellerei », IJCT, 6 (4), pp. 503-515;

Muller-Dufeu, M. 2011, “Créer du vivant”. Sculpteurs et artistes dans l’antiquité grecque, Villeneuve-d’Ascq;

Pollitt, J. J. 1990, The Art of Ancient Greece. Sources and Documents, Cambridge University Press;

Pollitt, J.J. 1974, The Ancient view of Greek Art, criticism, history and terminology, New haven-London, Yale University Press.

Preisshoffen, F. 1974, "Sokrates im Gesprächt mit Parrhasios und Kleiton" , Studia Platonica, festchrift für Hermann Gudert, Freiburg, pp. 21-40;

Rouveret, A. 2014 (c1989), Histoire et imaginaire de la peinture ancienne, Rome (Ve siècle av. J.-C.- Ier siècle ap. J.-C.), École Française de Rome, Rome;

Xénophon, Mémorables. 2011, Tome II : 1ere partie. Livre II-III, texte établit par M. Bandini et traduit par L.-A. Dorion, Paris, Les Belles Lettres;

Annotation Authors and Editors
Created by Valérie Toillon